« Perspectives parisiennes, 

quelle place pour Paris dans un marché de l’art mondialisé ? »

***

HÔTEL DE LA VAUPALIÈRE

SIÈGE DU GROUPE AXA

25, AVENUE MATIGNON

75008 PARIS

***

LE MERCREDI 23 JANVIER 2019, à 18h00

Avec : 

      • Georgina Adam, grand reporter au Financial Times, à The Art Newspaper et au Quotidien de l’Art

      • Bénédicte Alliot, directrice générale de la Cité Internationale des Arts, Paris

      • Martin Bethenod, directeur de Palazzo Grassi-Punta della Dogana (Venise) et de la future Bourse de Commerce (Paris)

      • Philippe Bouchet, Souscripteur sénior et délégué Artistique AXA Art France AXA - XL

      • Frédéric Jousset, entrepreneur, président du groupe Beaux Arts & cie, collectionneur

      • Géraldine Lenain, directrice internationale du département des arts asiatiques, Chairman’s Office, Christie’s, présidente de la société des amis du musée Guimet

      • Franck Prazan, marchand de tableaux, Membre du TEFAF Board of Trustees

      • Béatrice Salmon, directrice adjointe chargée des arts plastiques, Direction générale de la création artistique, Ministère de la Culture

      • Clément Thibault, modération

 
 

Les choses changent à Paris, comme une nouvelle époque qui point. Certains hauts  lieux ferment, la maison rouge côté institutions, Bugada & Cargnel ou Samy Abraham, côté galeries. D’autres essaiment, comme la fondation Cartier qui s’installera bientôt à la place du Louvre des Antiquaires, et d’autres arrivent, la Collection Pinault à la Bourse du Commerce, qui fait oublier le projet avorté avec une précédente municipalité, précisément à deux pas où naîtra le Pôle artistique et culturel – Île Seguin porté par le groupe Emerige. La FIAC et Paris Photo vont quant à elle se confronter à un épineux problème : maintenir leur image de marque hors du Grand Palais. Pas de scène artistique sans les artistes, et de ce côté-là, ça bouge aussi, avec la multiplication des artist run spaces, qui se structurent : ChezKit à Pantin, le Houloc à Aubervilliers, et bien sûr le doc (19e) et le Wonder/Liebert (Bagnolet). Niveau influence aussi, les marques parisiennes s’exportent : Louvre à Lens et à Abu Dhabi, Pompidou à Malaga, à Metz et surtout Shanghaï. Et d’autres projets pourraient poindre pour l’AFM (Agence France-Muséums, qui a piloté Abu Dhabi) à l’avenir, c’est en tout cas ce que préconise Renaud Donnedieu de Vabres. Dans l’archipel mondial, les villes deviennent les nouveaux centres de la compétitivité et de l’influence. Entre initiative publique et privée, une nouvelle génération d’acteurs semble se structurer et marcher (enfin) main dans la main, en dépassant les conflits entre le commercial et l’institutionnel, les marges et les centres… Et dans un monde où les centres de gravité changent, comment maintenir une scène compétitive ? Paris peut-elle ravir la place qu’occupe Londres sur le marché, dans un contexte de négociations plus tendues sur le Brexit ? Quel nouveau modèle, si modèle il doit y avoir, après celui qui s’essouffle, dit « de Bilbao » ? New York a volé l’idée d’art moderne écrivait Serge Guilbaut en 2006. Paris pourra-t-elle reprendre le flambeau avec l’art contemporain ? La capitale française saura-t-elle créer un maillage à la fois commercial, politique, intellectuel, institutionnel pour créer une scène puissante, face aux nouveaux centres qui émergent, en Asie et bientôt en Afrique ? Comment mêler l’identité d’un lieu, nécessairement une fiction politique, avec les idées du monde ? Quelles sont les perspectives parisiennes ? »


Clément Thibault 



LES ORGANISATEURS

FRÉDÉRIC DE CLERCQ

agent général AXA référent AXA ART, membre du Comité consultatif pour les œuvres d’art de l’UNESCO

fred.jpg

« Assureur, mais également acteur de la communauté artistique,  mon métier me permet de suivre les différentes évolutions sociales et leur impact sur le secteur de l’art et du luxe. La production d’évènements comme cette table ronde s’inscrit dans cette démarche. Après des études de droit des affaires, bancaire et financier, puis à l’université de New York, une expérience de DAF dans une société d’étude de marchés et de sondages d’opinion, la création d’une société dans le secteur de la relation client, j’ai rejoint AXA en 2003. Ma grand-mère collectionnait frénétiquement et côtoyait les artistes de son époque : pas un seul centimètre carré des murs de son appartement parisien n’échappait à un accrochage toujours en mouvement, il y en avait même sur les armoires et sous les lits ! Ces souvenirs impérissables ont marqué mon enfance et les œuvres de Georges Braque, André Lanskoy, Georges Matthieu, Max Ernst, Joan Miró, Picasso et Chagall ont forgé ma culture artistique.

Conseiller et accompagner les clients aimant les belles choses, les artistes ou  les artisans qui les créent ou les restaurent et ceux qui les commercialisent m’inscrivent dans la tradition familiale de la passion pour l’art. La relation avec un collectionneur ou un galeriste se tisse lors de multiples occasions : foires, expositions, nouvelles acquisitions… Autant d’opportunités de parler de création, du marché, de la conservation des œuvres ou de la mise à jour de son contrat d’assurance ! Assureur des biens d’exception, c’est aussi une multitude de plaisirs quotidiens que d’aucuns pourraient nous envier : visites de lieux magiques, participation aux nombreux événements artistiques de la scène française, ou à de grandes foires à l’étranger telles que la TEFAF ou ART BASEL … 

C’est dans le même esprit que j’ai rejoint le Comité consultatif pour les œuvres d’art de l’UNESCO (ACWA) qui a la charge d’évaluer les propositions d’acquisition, de donation ou de legs d’œuvres - suivant les critères reconnus par le Conseil international des musées (ICOM) - et de faire des recommandations à la Directrice générale pour assurer la cohérence artistique et culturelle de l’ensemble de la collection patrimoniale et de la collection d’usage de l’institution.… »

Me retrouver sur Twitter, Linkedin et Instagram.


Clémént Thibault

critique d’art, curateur

Clément Thibault est curateur et critique d’art indépendant (membre de l’AICA, de C-E-A et de Jeunes Critiques d’art). Il a été assistant-curateur de Laurence Dreyfus, puis rédacteur en chef d’Art Media Agency (AMA) pendant deux ans. Il collabore fréquemment avec les revues Art Absolument, AMA, Modern Art ou Critique d’art, et réalise des textes pour les institutions et les galeries. Il enseigne l’histoire de l’art dans des établissements spécialisés (ICART, EAC, IESA) et des écoles de code et de game design (ICAN, 42). 

Site personnel, Instagram.